Transfert et partenariat

A travers ses activités de recherche, de formation par la recherche et d’enseignement, l’ISEM promeut le partenariat et le transfert des connaissances avec le monde socio-économique et les pays du Sud. Sur la période 2014-2019, 12 projets structurants avec des acteurs socio-économiques ont été développés et 32% des publications de l’ISEM ont été réalisées en partenariat avec des pays du Sud.

L’ISEM s’investit de longue date dans la recherche et le développement en partenariat avec les pays du Sud, avec le soutien de l’IRD et du CIRAD notamment au travers d’affectations et missions longues durées, mais également à travers des partenariats de long terme avec des Universités et les actrices et acteurs locaux.

Récif mésophotique indonésien (Expédition Lengguru 2017) @Régis_Hocdé

Asie du Sud-Est

Les activités de l’ISEM en Asie du Sud-Est sont anciennes et structurées. Plusieurs équipes travaillent de longue date en Indonésie avec pour principaux partenaires le LIPI (Indonesian Institute of Sciences), le KKP (Ministry of Marine Affairs and Fisheries) et l’IPB (Université Agronomique de Bogor). Les recherches portent principalement sur la conservation de la biodiversité ichtyologique, l’intensification écologique des aquacultures familiales continentales et l’adaptation locale des populations aux risques volcaniques. Les collaborations en Thaïlande avec les Universités de Kasetsart, Burapha et Chulalongkorn, portent sur des questions liées à la modélisation et à la conservation de la biodiversité mammalienne. L’ISEM se projette également au Cambodge, pays pour lequel les besoins de développement en aquaculture sont majeurs. Les partenaires sont la RUA (Royal University of Agronomy), l’ITC (Institut Technique du Cambodge) et la FiA (Fisheries Administration).

Afrique

Les chercheur·es de l’ISEM collaborent avec de très nombreux collègues africains (Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal, Cameroun, Guinée, Togo, Gabon, Zambie, Kenya, Namibie, Afrique du Sud, Réunion, Madagascar), comme la proximité géographique, linguistique et diplomatique y invite. Au Maghreb, notre partenariat le plus avancé implique l’Université Mohammed V de Rabat au Maroc, avec l’enjeu de comprendre le fonctionnement et d’assurer la préservation des zones humides locales. En Afrique Sub-saharienne, nos collaborations sont nombreuses et portent sur des sujets très divers. Au Gabon, nous collaborons étroitement avec le centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), la société d’exploitation du parc de la Lékédi (SODEPAL) et l’université des sciences et techniques de Masuku (USTM). Avec ces partenaires, nous menons des recherches en écologie de la santé, en écologie comportementale et en primatologie. En collaboration avec l’Université de Witwatersrand en Afrique du Sud, nous menons des recherches de long terme combinant écologie, physiologie et génétique sur la réponse adaptative d’espèces de rongeurs à l’aridité croissante en Afrique australe.

Station d'études en écologie globale au Gabon @Nory_El_Ksabi
Lavage-tamisage de sédiments fossilifères dans la Quebrada Cachiyacu, Comunidad Canaan, Contamana, Amazonie péruvienne @Pierre-Olivier_Antoine

Amérique du Sud

L’ISEM est très présent en Amérique du Sud et dans les Antilles, et notamment sur la thématique de la dynamique des feux de savane et de forêts en lien avec les changements climatiques, au Brésil avec l’Université de São Paulo, mais aussi en Bolivie avec l’Universidad Nacional Mayor de San Andrés. Une autre thématique transversale de l’ISEM dans la région concerne l’évolution de la biodiversité des Néotropiques (passée et actuelle ; Amazonie, Andes et Antilles) en relation avec tectonique et climat. Cette dernière implique de nombreux partenariats plurinationaux et co-encadrements doctoraux/post-doctoraux, financés notamment par le LabEx CEBA et divers projets ANR et ERC. Enfin, des collaborations avec l’hôpital de Cayenne portent sur la dynamique épidémique des parasitoses animales, un point fort des recherches ISEM au Sud, en Guyane et dans le bassin amazonien.

L’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (ISEM) (Université de Montpellier, CNRS, IRD, EPHE, CIRAD, INRAP) développe des recherches qui portent sur l’origine et la dynamique de la biodiversité, et sur les modalités et les mécanismes de son évolution.