Vogel_Marianne_ID2

AccueilMembres ISEM > Marianne Vogel

Marianne Vogel

Doctorant·e
Université de Montpellier, UQAT (Rouyn-Noranda, Québec, Canada))

Membre de :

Mon activité

Entre 10 000 et 8 000 cal. BP, le lac proglaciaire Ojibway recouvrait l’Abitibi-Témiscamingue et le nord de l’Ontario. Durant cette période, des îles étaient présentes sur ce lac, qui sont devenues des collines suite au drainage du lac Ojibway dans la Baie James (par exemple les collines Abijévis). La forêt boréale s’est ensuite installée et développée. On s’interroge sur le rôle de ces paléo-îles dans le développement de la forêt en Abitibi-Témiscamingue. Les sédiments de petits lacs de tête présents au sommet des collines Abijévis nous éclaireront sur l’histoire des paléo-îles en nous permettant de reconstituer l’évolution de leur végétation (pollen et macro-restes), des feux de forêts (charbons) et de la biodiversité initiale (metabarcoding). Les connaissances générées sur les facteurs qui contrôlent l’évolution des forêts boréales permettront d’ajuster les vitesses et modèle de colonisation et de succession végétales.

Mots-clés :

Paléoécologie – Afforestation – Charbons de bois – Pollen – Metabarcoding

Directeur·ice(s) de thèse :

Hugo Asselin (UQAT), Yves Bergeron (UQAM-UQAT) (Canada)
L’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (ISEM) (Université de Montpellier, CNRS, IRD, EPHE, CIRAD, INRAP) développe des recherches qui portent sur l’origine et la dynamique de la biodiversité, et sur les modalités et les mécanismes de son évolution.